Alexander Lipscomb : « Le sport féminin pour nous est quelque chose de très important. »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

En 2019, le Pôle Féminin Rive Droite Bordeaux Métropole organisait une journée football féminin en partenariat avec le Consulat des Etats-Unis d’Amérique de Bordeaux au Stade Galin. A cette occasion j’avais interviewé Alexander Liscomb, consul des Etats-Unis d’Amérique à Bordeaux.

Pouvez-vous présenter et nous parler de l’importance de votre présence aujourd’hui sur cet évènement. ?

Bien sûr je m’appelle Alexander Lipscomb, je viens des États-Unis j’ai une femme et trois enfants deux garçons de huit ans et cinq ans et une petite fille qui a six mois. Je viens de terminer trois ans aux Danemark et aujourd’hui je suis très content d’être ici en France.

Vous êtes présent dans le cadre de la journée France États-Unis. Qee vous voulez mettre en place par rapport au football féminin sur Bordeaux? Avez-vous des projets prévus ?

Oui le foot féminin et le sport féminin pour nous sont quelque chose de très important. C’est une chose très importante pour l’Ambassade à Paris .Il y a eu la coupe du monde féminine en France et les États-Unis ont gagné. Il y a beaucoup d’attention maintenant sur le sport féminin en France et il faut prendre cette chance d’en faire la promotion. 

Vous, en tant qu’américain, quel regard portez-vous sur le développement et la médiatisation du football féminin jusqu’en 2019 ?

Je pense qu’aux États-Unis depuis longtemps on a un système qui est fait pour développer le football féminin auprès des jeunes et aussi au lycée. On a également des équipes très fortes dans les universités. C’est pour cette raison qu’on a pu créer une équipe nationale très forte. 

En 1991 les Américaines ont ouvert la voie en remportant la première Coupe du Monde féminine de la FIFA. Des rôles-modèles sont alors nés aux Etats-Unis.

Oui cela fait déjà 20 à 30 ans qu’il y’a des joueuses qui sont très connues aux États-Unis, des modèles, peut-être même plus connues que les joueurs. Je pense que les Américains connaissent bien les joueuses des États-Unis et notamment Megan Rapinoe. On les voit partout !

Après la Coupe du Monde féminine 2019, la sélection nationale américaine a rempli les stades avec plus de 50 000 personnes pour certains matchs.

Oui j’ai vu ça cet été alors que j’étais à Chicago. C’était impressionnant. La 1/2 finale France-Etats Unis a été très suivie et la finale aussi.  

Est-ce que vous pensez que c’est transposable en France ?

L’Equipe de France a tellement bien joué son match contre les Etats-Unis que je pense qu’elle avait une chance de gagner cette Coupe du Monde. Ca ne peut que renforcer l’idée que le football féminin va continuer à grandir. 

L'auteur de cet article

Ces articles pourraient aussi vous intéresser !