Nous avons discuté avec Eva Roche, fondatrice de la plateforme Athlete Avenue, consacrée à la formation et à la reconversion des sportifs professionnels. Nous avons parlé de la reconversion des sportifs de haut niveau, de Paris 2024 et de l’entrepreneuriat dans le sport. Entretien. 

Pouvez-vous présenter votre rôle dans la startup?

Je suis capitaine d’équipe et à l’origine de la start-up Athlete-Avenue  créée il y a 18 mois.

 

Quel constat a amené à la création d’Athlete-Avenue?

Aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, j’ai été amenée à discuter avec des sportifs, présents au Club France, se questionnant sur leur vie après le sport. Ils n’ont pas l’impression d’avoir à leur disposition les informations et les aides leur permettant d’avoir plus de visibilité sur leur avenir.
Pourtant, des solutions existent : mon expérience dans l’accompagnement des sportifs de haut niveau, depuis plus de 10 ans, m’a permis d’identifier un grand nombre d’interlocuteurs. L’idée m’est alors venue : créer un portail web regroupant toutes les informations dont le sportif a besoin dans sa formation et sa reconversion au moment où ils décident d’être réceptifs à leur projet de vie. Athlete-Avenue.com leur permet d’accéder facilement à tous les interlocuteurs et à toutes les informations dont ils ont besoin, tous les jours, à toute heure et à tout endroit du monde.

Quelques années plus tard, les chiffres sortent pour l’olympiade de Rio :

  • Dans le monde 550.000 sportifs se sont préparés pour les Jeux Olympiques de Rio. Seuls 2% y ont participé.
  • Seulement 150 footballeurs professionnels sur 2000 n’ont pas à se préoccuper de leur après-carrière. *

92 % des sportifs de haut niveau ne vivent pas de leur sport. **

* source : « La difficile reconversion des sportifs de haut niveau », lefigaro.fr, 22/09/2011
**source « Rapport Karaquillo » du Ministère des Sports- 2015

 

À quel besoin répond votre startup ?

Le rythme de vie des sportifs de haut niveau est difficilement conciliable avec les défis et les contraintes du système éducatif et du marché du travail (entraînement intensif, déplacements, compétitions et temps de récupération). Or,  pour des raisons diverses (blessure, échec sportif, retraite), il est déterminant pour le sportif de préparer l’après haut-niveau.

Aujourd’hui, malgré l’engagement du Ministère des Sports sur cette problématique et d’autres acteurs comme le CNOSF et certaines Régions, les sportifs de haut niveau peinent à concilier une carrière sportive et un projet de formation puis d’emploi : la méconnaissance des dispositifs existants, les aménagements complexes d’emploi du temps, et aussi la difficulté pour les entreprises et les écoles à appréhender les compétences transférables des sportifs… Ce sont autant de barrières à leur insertion socio-professionnelle.

Pourtant, de plus en plus d’entreprises et d’écoles/universités prennent conscience de l’intérêt d’intégrer dans leurs équipes des sportifs de haut niveau. En parallèle, l’investissement des sportifs dans une démarche de « double projet » est en constante progression.

Nous sommes convaincus que la présence d’un outil numérique médiateur favorisera les échanges Sportifs / Formations / Entreprises, et améliora in fine la situation socio-professionnelle des sportifs.

 

Comment fonctionne le portail Athlete-Avenue.com? Quelles sont ses fonctionnalités?

 L’inscription est gratuite. L’accès aux informations et aux mises en relations n’est possible qu’après inscription.

Tout le monde peut s’inscrire sur Athlete-Avenue.com : sportif et ex-sportif, établissement de formation, entreprise, administration, proche du sportif et même toute personne intéressée par le sujet.

Les sportifs et les anciens sportifs ont accès aux derniers dispositifs et aides financières existantes ainsi qu’à une cartographie pour trouver une formation adaptée à leurs contraintes sportives. Ils peuvent valoriser leur parcours en complétant leur profil à travers une page dédiée (CV de type LinkedIn) et ont également la possibilité d’entrer en contact avec de nombreuses entreprises intéressées par leur profil : 150 sont référencées sur le site à ce jour.

Les établissements de formations peuvent faire connaître leurs formations, intégrer des sportifs, les faire intervenir et encore se démarquer par le sport.

Les entreprises, quant à elles, peuvent entrer en contact avec des sportifs d’exception, se valoriser et faire intervenir un champion.

 

 

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

 Créer le portail a demandé du temps pour rassembler le contenu et cela nécessite, aussi,  des moyens financiers, techniques et humains. Passer du projet à sa concrétisation et à son développement demande beaucoup d’investissement et des compétences spécifiques.

 

Quel est le business model d’Athlete-Avenue?

 Le lancement du projet s’est fait grâce au soutien de BPI France, de la French Tech, du CNDS et de la Région Occitanie. Le projet, Athlete-Avenue.com, est né en septembre 2015. Nous avons lancé une première version du portail pendant les JO en 2016, lors desquels nous étions invités CNOSF. En décembre 2016 une V2 a été mise en ligne et nous sommes depuis en phase de développement.

Nos financements proviendront des entreprises, des administrations et des établissements de formation qui feront intervenir et recruterons des sportifs dans leur structure.

 

 

De quelle manière communiquez-vous auprès de votre communauté ?

 2700 sportifs de haut niveau sont référencés dans nos bases. Depuis début 2017, nous comptons déjà 720 sportifs inscrits sur le portail.

Afin d’inciter les autres sportifs à s’inscrire, nous communiquons à travers des mailings, des partages et des relais d’information sur les réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn ou encore Twitter. Nous privilégions la communication directe lors de nos rencontres (salons, évènements, matches…) et par des échanges téléphoniques. Le mouvement sportif local et national est également prescripteur, et ceux qui en parlent le mieux restent quand même les utilisateurs !

Une fois les sportifs inscrits avec leur profil complété, la communication s’installe et nous sommes tout simplement en contact direct avec eux. Une rubrique « témoignages » et une rubrique « actus » sur le portail, permettent de générer régulièrement du contenu pour nos utilisateurs.

 

Athlete-Avenue fait partie des 8 startups françaises retenues pour accompagner la candidature de Paris 2024 aux Jeux Olympiques. Pouvez-vous nous parler de ce projet et de votre soutien à Paris 2024?

 Les start-up lauréates « Smart Paris 2024 » vont travailler en lien avec le Comité Paris 2024 pour enrichir le dossier de candidature de Paris aux Jeux Olympiques et accompagner la démarche d’innovation engagée. Elles ont été choisies parmi plus de 200 projets par un jury composé de représentants du Comité Paris 2024, des membres fondateurs (CNOSF, CPSF, Etat, Ville de Paris et Région Ile-de-France), des comités consultatifs Paris 2024, ainsi que du cabinet Algoe et de l’accélérateur NUMA.

Nous faisons donc partie d’une délégation “Innovation”. Ce partenariat se prolongera si la ville de Paris est choisie pour  l’organisation des Jeux Olympiques, et elle se traduit déjà sur le plan financier : cela nous facilite l’approche des grands groupes partenaires et des investisseurs. Certains d’entre eux nous ont déjà contactés.

Nous soutenons Paris 2024 car c’est une chance de prouver que le sport peut être un fabuleux vecteur de communion et de cohésion sociale. Les sportifs génération Paris 2024 auront montré l’impact positif de l’éducation et de l’intégration par le sport (grâce à notre portail également).

 

Des futurs recrutements prévus?

 Nous travaillons actuellement à quatre sur le portail et recherchons un stagiaire pour nous aider. D’ici fin 2017, nous prévoyons une levée de fonds, ce qui nous permettra notamment d’embaucher un Développeur et un Community Manager.

 

 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se lance dans la création d’une startup ?

 Entreprendre est un sport de haut niveau qui implique un investissement personnel intense pour un résultat incertain. Pour se lancer dans la création d’une start-up, je pense qu’il faut être passionné et faire preuve d’audace, d’optimisme, de créativité, d’agilité et de ténacité.

 

Merci à Eva Roche d’avoir répondu à nos questions. Nous souhaitons la meilleure des réussites à Athlete-Avenue et ses sportifs en reconversion!