Nous avons eu l’opportunité d’interviewer Clément Gervais, responsable communication et attaché de presse du club de D1 féminine FCF Juvisy. A seulement 24 ans Clément gère la communication d’un club de football féminin historiquement reconnu dans le football français. Avec plusieurs joueuses internationales dans l’effectif de l’équipe première, nous avons voulu savoir comment Clément façonne la communication du club. 

Peux-tu présenter ton parcours, comment es-tu arrivé au club et quelles sont tes missions?

J’ai fait une école de commerce spécialisée dans le business du sport, AMOS Business school à Paris. J’ai fait et obtenu une licence en management du sport avec en spécialité entreprenariat. Lors de ma 3ème année dans cette école, je devais trouver une alternance. Etant un grand fan de football, j’envoie des candidatures à l’ensemble des clubs de haut niveau masculins de la région parisienne. Sans réponse. J’étais un peu embêté et j’ai eu l’idée d’envoyer ma candidature aux clubs féminins de D1 et D2 franciliens. Etant un petit connaisseur du football féminin je me renseigne sur internet pour trouver des clubs de haut niveau. Je connaissais le PSG et Juvisy, et j’ai découvert le Val d’Orge, Issy (qui jouaient en D1 au moment de mes recherches). Idem j’envoie des mails, et quelques heures plus tard je reçois une réponse du FCF Juvisy qui est plutôt encourageante, et sur la signature du mail je vois Marinette Pichon. Le feeling passe bien, on se rencontre, j’obtiens mon alternance. Depuis j’ai eu ma licence et je travaille à plein temps au club. Mes missions sont diverses mais je suis en charge de la communication du club (principalement digitale) et je suis également attaché de presse de la D1.

Tu utilises de nombreuses vidéos pour promouvoir les avant-matchs, est ce que ce sont les contenus qui fonctionnent le mieux?

L’année dernière nous n’avions aucun moyen pour la vidéo hormis un téléphone portable. J’ai eu des discussions avec la direction qui a validé le fait d’ouvrir une ligne budgétaire sur la partie vidéo. Nous travaillons aujourd’hui (je suis épaulé par 2 joueuses de la D1 sur la partie vidéo) avec une belle caméra, performante qui nous permet de créer et de proposer du contenu intéressant. Les vidéos sont un vrai plus sur les réseaux sociaux et permettent de proposer un contenu différent, mais il faut être vite pertinent et attirer l’attention des fans dès les premières secondes. Parmi nos top posts, la plupart sont des vidéos.

Est ce qu’il y a des clubs qui t’inspirent en terme de communication ?

 Beaucoup de clubs m’inspirent. Je regarde chez les filles en France et à l’étranger. On a sorti récemment une vidéo appelée « face à face » où on s’inspire des NY Flashs par exemple. Je m’inspire également de la communication des garçons même si je pense que la manière de communiquer et l’attente des fans sont différentes.

Certaines joueuses du FC Juvisy sont en équipe de France ou sont plus médiatisées comme Gaëtane Thiney par exemple, comment les mets-tu en avant pour donner de la visibilité au club?

 C’est incontestable que Gaëtane Thiney, au même titre que nos autres internationales sont assez populaires et médiatisées. Une photo ou une vidéo de Gaëtane Thiney sera quasi systématiquement très partagée/commentée. On se sert de cette médiatisation autour de nos joueuses phares, mais en contrepartie nous les mettons également en avant, c’est du donnant-donnant. Il est également très important de mettre en lumière l’ensemble des joueuses qui composent notre effectif. Il est jeune, avec un fort potentiel (plus d’une dizaine de joueuses dans l’ensemble des équipes de France lors des rassemblements), et l’audience sur nos réseaux aime cette mise en avant de notre formation et de notre jeunesse.

Est ce que lorsque les matchs de Juvisy sont médiatisés et passent à la TV tu constates un impact sur le nombre de visites sur le site web du club ou sur les réseaux sociaux par exemple?

C’est assez paradoxal car lors de nos matchs télévisés, nous avons énormément de gens qui parlent de nous sur les réseaux, c’est indéniable, mais le nombre de personnes qui interagissent sur nos publications n’est pas beaucoup plus important. Quand les matchs ne sont pas à la TV, nous sommes avec quelques médias les seuls à relayer les infos en direct, donc les gens ont « l’obligation » de nous suivre pour pouvoir être au courant de l’événement. A noter que depuis que je suis au club, nous n’avons jamais remporté de match qui était télévisé, ce qui joue également sur l’interaction avec nos fans, beaucoup plus faible lors de mauvais résultats. En espérant que cela s’inverse dès dimanche contre le PSG en ¼ de la coupe de France en direct sur Eurosport 😊

Dans quelle mesure la communication du club vous aide à trouver des entreprises partenaires?

Notre communication, notamment digitale, est un outil indispensable pour faire parler de nous à un plus grand nombre et à un coût quasi-nul. On communique pour nos fans, les sympathisants du club, les amoureux du football féminin mais également à d’éventuels partenaires. De plus en plus d’entreprises sont sur les réseaux sociaux et notre forte activité sur ces derniers ne peux qu’être bénéfique. C’est également tout de suite une vitrine et un atout lors d’un rendez-vous avec un partenaire.

Comment communiquez-vous sur vos partenaires?

On essaie de relayer un maximum d’informations sur nos partenaires, notamment lorsque nous montons des actions ensemble. Par exemple notre arbre de Noël était cette année sponsorisé par notre partenaire du Crédit Mutuel. Cette année nous avons réalisé un clip pour chaque partenaire avec la participation de nos joueuses de la D1. L’idée était de présenter la structure de manière humoristique ou sous forme de petites pubs. Ces clips ont été diffusés lors de notre soirée partenaire et seront en ligne petit à petit à partir de la semaine prochaine. Initiative très appréciée par nos partenaires.

 

Le club est présent sur Facebook, Twitter, Snapchat. Quels sont les objectifs du club sur chacun de ces réseaux sociaux?

L’objectif principal est d’augmenter considérablement le nombre de personnes qui nous suivent sur nos réseaux. Nous sommes en bonne voie, le travail porte ses fruits. Nous allons très prochainement nous développer sur les médias sociaux et créer un compte Instagram et notre WebTV via une chaîne YouTube.

  En moyenne combien y a t-il de spectateurs pour les matchs de D1 à domicile?

La moyenne n’est pas très représentative mais on fait au minimum 400 spectateurs et les grosses affiches contre le PSG ou Lyon attirent entre 2000 et 3500 personnes.  Si l’on devait faire une moyenne je dirais 800 spectateurs.

Si tu devais nous citer 2 actions de communication qui ont particulièrement fonctionné depuis que tu es au club, lesquelles seraient-elles?

 Les jeux concours sur les réseaux sociaux pour faire gagner un maillot, des places pour un match, augmentent sensiblement le nombre de personnes qui nous suivent. Des interventions dans des écoles ou collèges de l’Essonne avec la présence de plusieurs joueuses de la D1. Nous avons eu des retours super positifs, avec des enfants qui viennent maintenant au stade ou interagissent régulièrement sur nos réseaux. Ce n’est pas simple à organiser mais le résultat est vraiment top.

 Que penses-tu de l’évolution de la médiatisation du football féminin en France?

 La médiatisation est de plus en plus importante depuis quelques années. Avant il n’y avait quasiment rien, aujourd’hui grâce au travail de la FFF et des diffuseurs, la médiatisation a considérablement augmenté.

Mais il faut continuer car cette pratique mérite encore plus de reconnaissance médiatique.

La France accueillera la Coupe du Monde de football féminin en 2019. Selon toi quelles sont les priorités sur lesquelles il faudrait travailler pour développer le niveau et l’image du football féminin dans les clubs de D1 féminine ?

La coupe du monde va être un enjeu très important pour le football féminin. Si l’Equipe de France l’emporte ou fait une grosse performance, on passera clairement un énorme palier. Mon avis c’est qu’il faut absolument développer les structures des clubs, créer des petits stades de 8000 places, cosy, avec de la proximité (ou réaménager quelques stades, pas l’obligation de créer). Ceci favorisera la médiatisation, l’accueil du public et permettra de créer des revenus en parallèle. De plus, il faudrait que le championnat de France tende (comme il le fait depuis cette année) à se resserrer en terme de niveau car l’écart entre certaines équipes est immense et, je pense, ne favorise pas l’image du championnat.

On a vu passer dans les médias des infos sur un rapprochement avec le Paris FC et le Racing. Peux-tu nous parler un peu plus de ce qu’il impliquera?

 Il y a effectivement un rapprochement entre le FCF Juvisy et le Paris FC. On ne parle pas de fusion mais bien de rapprochement, qui sera effectif on l’espère dès la saison prochaine. Concernant le PFC et le Racing il faudra poser la question aux 2 clubs concernés car je n’ai sincèrement aucune info là-dessus. Je n’en sais pas beaucoup plus, c’est la direction qui se charge de ce dossier, mais la seule chose que je peux vous affirmer c’est que l’Elite du football féminin restera en Essonne, un territoire qui nous est cher.

Quel conseil donnerais-tu aux étudiants qui veulent travailler dans le milieu du marketing sportif?

 Je ne pense pas avoir la légitimité de donner des conseils, mais la seule chose c’est d’obtenir des diplômes car c’est primordial, et que c’est ce qui leur permettra ensuite de s’épanouir professionnellement. Et un conseil, rapprochez-vous des clubs de football féminin, c’est l’avenir 😊

 

Un grand merci à Clément d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. On lui souhaite à lui et au FCF Juvisy de belles victoires pour la suite. 

Vanessa

Vanessa

Fondatrice du site www.championsdudigital.fr

Marketeuse, Blogueuse, Footballeuse et fondatrice de championsdudigital.fr. Je vous donne mes meilleurs conseils pour réussir votre communication sportive que vous soyez étudiant, professionnel, dirigeant de startup, sportif ou responsable d’un club.