Nous avons discuté avec la présidente de Foot d’Elles, Marianne Gazeau. Elle nous détaille l’événement Footworking qui a lieu cette année en 2017 à Bordeaux. Promotion du sport féminin et du sport en entreprise, leadership féminin, égalité femmes-hommes et mixité : on a fait le tour de ces sujets lors de cet entretien.


Pouvez-vous vous présenter ?

 Je suis présidente de la société Sésame qui est un cabinet de conseil que j’ai créé il y a une vingtaine d’années à Paris. Je suis Bordelaise. Dans le cadre de mon entreprise nous avons décidé avec mes salariés en 2012 de développer un projet citoyen autour du football pratiqué par les femmes qui s’appelle Foot d’Elles.

 

Pouvez-vous nous parler de ce projet citoyen que vous avez lancé en 2012 ? C’est une démarche plutôt rare pour une entreprise.

Depuis la création de Sésame, les salariés et moi-même avons donné des coups de pouce de manière informelle à des projets associatifs voire à des personnes en difficulté. Ca fait partie de l’ADN de l’entreprise. A un moment donné j’ai voulu juste être un peu plus ambitieuse et trouver juste un vrai sujet fédérateur. C’est comme ça qu’est né le fond de dotation Foot d’Elles. L’objectif de ce projet est de faire la promotionde ces femmes qui pratiquent le football de manière professionnellle et pendant leurs loisirs; C’est, de manière plus globale, affirmer que les hommes et les femmes pratiquent le même sport avec les mêmes règles. Vous pouvez donc imaginer que la mixité et l’égalit femmes-hommes sont au coeur de ce projet.

L’objectif de ce projet est de faire la promotion du football pratiqué par les femmes et plus largement d’oeuvrer pour  la mixité et l’égalité femmes-hommes.

L’objectif est de promouvoir la pratique du football par les femmes en entreprise

Dans le cadre de ce projet nous avons un site web, footdelles.com,  avec une belle communauté. Par ailleurs nous montons des évènements : « Mêmes Rêves de Foot », exposition photo « Liberté, Egalité, Football » un tournoi mixte pour les adolescents de banlieues populaires et bien sûr « Footworking ». Il a été lancé l’année dernière à Lyon. L’objectif est d’aller plus particulièrement sur le terrain des entreprises. Généralement ce sont plutôt les hommes qui pratiquent le football au sein des associations sportives des entreprises. Malheureusement il y a à ce jour très peu d’équipes féminines. C’est pourquoi nous avons souhaité aller chercher ces femmes qui pratiquent ce sport en dehors du travail et convaincre celles qui ne jouent pas de relever ce défi le temps d’un tournoi. Dès le début du projet, c’est tout naturellement que je me suis tournée vers la FFSE et leur ai proposé un partenariat. 

 

Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place un Goal Challenge pour récompenser une startup bordelaise ?

C’est otre deuxième défi! En tant que chef d’entreprise, ayant moi-même créé ma société, je sais ce que sont les « galères » des premières années… Alors l’idée que ces 10 équipes se mobilisent pour donner un coup de pouce à une startup bordelaise créée par une femme donnait encore plus de sens à ce tournoi. C’est un double challenge : on ose aller sur le terrain pour proposer des matchs et d’autre part, on est solidaire d’une startup bordelaise.

Ce n’est pas évident de participer à un tournoi de football quand on n’en a jamais fait de même que ce n’est pas évident pour une femme de créer son entreprise.


Justement, en tant que femme est ce que cela a été difficile pour vous de créer votre entreprise ?

Bien sûr. C’est un sujet qui me tient très à coeur sur lequel j’échange régulièrement sur les réseaux sociaux pour en parler. Oui, quand on est une femme, ce n’est pas facile de créer son entreprise. On n’est pas forcément pris en considération comme les hommes. C’est plutôt un parcours du combattant.

Quand on est une femme, ce n’est pas facile de créer son entreprise

Il faut savoir s’imposer et se faire entendre! Mais pour relativiser, c’est difficile, que l’on soit un homme ou une femme.

Alors, ça me motive d’autant plus d’aider ces femmes créatrices car il n’y a pas de raison qu’une femme ne soit pas capable.


Vous êtes plutôt active sur Twitter. Pensez-vous que les réseaux sociaux soient la solution à la médiatisation du sport féminin ? Si les sportives peu médiatisées vont d’elles-mêmes sur les réseaux sociaux, elles peuvent partager du contenu autour de leur carrière sportive, se créer une communauté et ainsi devenir leur propre média…

 Bien sûr! Je n’arrête pas de le dire à tout le monde, à toutes les sportives que je rencontre. Les réseaux sociaux sont un outil fantastique pour se faire connaître. Concernant Foot d’Elles nous avons un site web mais nous avons pris le parti de nous développer grâce aux réseaux sociaux. C’est fondamental pour se faire entendre, pour faire passer nos idées et pour échanger.

 

Sur Twitter quelles sont les personnes à suivre dans le milieu du sport et de l’entreprise ?

Difficile de faire un choix… Je vais citer quelques personnes mais j’en oublie surement plein car les échanges sur Twitter sont riches sur ces sujets! 

Que pensez-vous de la médiatisation du sport féminin en France ? Vous qui vous êtes lancée sur le projet Foot d’Elles en 2012, comment percevez-vous cette évolution?

 Il y a encore beaucoup de progrès à faire. On sent qu’avec la Coupe du Monde féminine qui arrive, les journaux commencent à s’intéresser de plus en plus au football pratiqué par les femmes. On le constate surtout avec l’équipe de France Féminine, le PSG, l’OL… Mais je trouve que c’est encore lent, à la radio on n’en parle vraiment pas. Ca reste très confidentiel encore. C’est lent.

 


La Coupe du Monde féminine de football aura lieu en France en 2018 pour les moins de 20 ans puis en 2019 pour l’équipe A. Selon vous pourquoi les entreprises devraient s’intéresser au football pratiqué par les femmes ?

Il y a de plus en plus de femmes qui pratiquent un sport et de plus en plus de femmes qui s’intéressent au football. Ce développement commence dès l’école malgré les barrières encore nombreuses. Et puis il y a de si belles valeurs transmises à travers le football qui sont applicables dans l’entreprise. Et Je trouve que la CDM2019 est une excellente opportunité pour les entreprises qui font de la pratique du sport une priorité. Pourquoi pas en profiter pour participer à des tournois inter-entreprises, monter des tournois mixtes… Les footballeuses vont être sur le devant de la scène, c’est le moment de les montrer en exemple!

sport et égalité femmes hommesLe Tour de France de l’égalité

Footworking a été sélectionné par le gouvernement pour faire partie du Tour de France de l’égalité, projet porté par Edouard Philippe, Premier ministre et Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

Les objectifs de ce Tour de France sont les suivants :

  • Recueillir la parole des femmes et des hommes sur l’égalité au quotidien
  • Faire émerger et partager les bonnes pratiques

 

Un grand merci à Marianne Gazeau d’avoir accepté de répondre à ces questions pour championsdudigital.fr et un grand bravo pour cet investissement en faveur du sport féminin, un beau témoignage à partager! 

Footworking c’est quoi ?

  • Tournoi de foot en salle féminin d’entreprises
  • Tables rondes : « Entreprises de demain : place aux sportives ! »
  • Cocktail de networking

Tables-rondes animées par Fabienne Broucaret

Entretien avec Laura Flessel

Les femmes sportives, des atouts pour l’entreprise de demain

  • Dominique Crochu,
    – Associée, Digitaly
    – Membre de la Commission Permanente Sports et femmes du Ministère des Sports (nommée au titre de l’EgalitéFH), Dominique Crochu est également ex-1ère Directrice de la Fédération Française de Football (Web et digital)
    – et auteure du blog avenirdusport.fr
  • Bruno Boussioux, Gérant du Cabinet d’expertise comptable CPB
  • Clara Maumont, Associée « Le rallye des pépites »
  • Christian Combaret, Vice-président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine

Intermède  – étude de cas  : Edith Maruejouls, sociologue

Grand témoin : entretien avec Paoline Ekambi, PDG de Sportail Community, ancienne basketteuse internationale

Intermède – sports et métiers : Carole Bretteville, Co-fondatrice de Femix Sport Alsace, membre de la FFSE

Le sport en entreprise, une clé pour le bien-être et la réussite des femmes au travail

  • Philippe Bonnave, PDG de Bouygues Construction
  • Nathalie Estrada, DRH CDiscount

Goal challenge : les startups bordelaises sélectionnées

    • Nidoo: le cercueil écologique et poétique pour animaux de compagnie. Startup fondée par Laura Iriart.

    • Aatise : marque de prêt à porter éthique sui invite les internautes à co-fabriquer sur le site des vêtements éco-conçus. Créée par Heide Baumann.

  • Profession’L: salon dédié à la reconversion professionnelle des femmes. Créée par Séverine Valette.