A l’occasion du lancement du podcast Orange « Premiers Crampons » dédié au sport amateur, Gaëtane Thiney est revenue pour championsdudigital.fr sur sa participation à ce podcast. La footballeuse du Paris FC et de l’équipe de France nous partage sa vision de l’évolution du football féminin.

Vous avez participé au lancement de « Premiers Crampons », le nouveau Podcast sur le sport créé par Orange. Pouvez-vous nous en parler?

C’était une super expérience, assez innovante pour moi. Le fait d’être dans un studio je n’en avais jamais eu l’occasion. Comme disait Sébastien Chabal, c’est un retour en arrière, dans le passé, puisque j’ai dû raconter des histoires de lorsque j’étais plus petite, quand j’ai commencé le football. C’était vraiment sympa.

A quel moment vous êtes vous dit que vous alliez devenir footballeuse professionnelle?

Je ne me le suis jamais vraiment dit. Je jouais par plaisir, par passion. Au fur et à mesure des années, le fait d’être intégré en Equipe de France et de jouer au plus haut niveau au Paris FC a fait que j’ai eu envie de continuer dans le haut niveau. Quand j’étais petite ou à plus haut niveau c’est toujours le plaisir qui m’a guidé et les émotions parce qu’on a la chance de vivre de superbes émotions à travers les compétitions, avec des stades remplis.

Comment percevez-vous l’évolution du football féminin, sa médiatisation et le fait que les stades soient de plus en plus remplis?

C’est génial. Je ne peux pas dire que je prends plus de plaisir aujourd’hui parce que j’en prenais autant quand je jouais devant 500 personnes mais ce sont des émotions complètement différentes. Je suis très heureuse car la vie c’est d’aller de l’avant et pour le football féminin j’espère que ca va progresser encore et encore sur tous les plans. Médiatiquement, il y a une grosse différence et je pense qu’avec la Coupe du Monde qui arrive il va y en avoir une encore plus importante. Avec les années on a appris à le gérer et je suis très heureuse de le vivre actuellement.

Il y a un gros challenge sur le développement du football féminin, professionnel et amateur, comment le percevez-vous?

Je le vois très bien parce que la Fédération Française de Football, depuis 2011, a mis beaucoup de choses en place pour permettre aux clubs de se structurer.

La difficulté c’est de se dire que si demain la Coupe du Monde se passe très bien, qu’il y a un gros élan médiatique, il va falloir accueillir toutes ces petites filles dans les clubs et c’est quelque chose qui est réfléchi par la Direction Technique Nationale depuis des années. L’objectif c’était de structurer les clubs et aujourd’hui on a les outils pour le faire.

Maintenant il faut gagner la Coupe du Monde et faire en sorte qu’il y ait beaucoup de petites filles qui viennent. La volonté politique est aussi sur le sport féminin et c’est une belle évolution. Depuis Noël le Graët il y a une grosse anticipation de tout ce qui va se passer.

Quelle serait votre Coupe du Monde rêvée?

Que la France aille au bout. Que je sois performante et que l’équipe le soit. Qu’il y ait beaucoup de belles émotions partagées par le public français et nous en tant que joueuses. Je l’espère de tout mon coeur. On travaille pour.

Mon blog s’appelle Champions du digital, qu’est ce que pour vous un champion ou une championne?

C’est quelqu’un qui est passionné et qui ne se donne pas de limites!

Merci à Gaëtane Thiney d’avoir accepté de se prêter au jeu des questions-réponses. On lui souhaite de briller avec l’équipe de France dans quelques semaines!