Pouvez-vous nous parler du dispositif que Canal + va proposer sur cette Coupe du monde féminine de football ?

Nous allons avoir une couverture exhaustive. Tous les matchs seront diffusés soit sur CANAL + soit sur CANAL + SPORT avec une émission quotidienne entre 19h et 20h/ 21h, deux émissions quotidiennes, une en accès prime Time, le Late, en deuxième partie de soirée et le CFC qui continuera durant toute la Coupe du Monde. 

La FIFA attend 1 milliard de téléspectateurs sur cette Coupe du Monde. Que vous inspire ce chiffre ?

Cela m’inspire que d’une manière générale une compétition de sport collectif intéresse toujours les gens, que ce soit du sport masculin ou féminin. Au plan local, une équipe de France qui va loin dans une compétition, dans un championnat du monde, dans un championnat d’Europe, les gens s’y intéressent et suivent que ce soit les hommes ou les femmes. 

Ce chiffre d’1 milliard traduit la montée en puissance du foot féminin. Il y a clairement eu pour moi un avant et un après 2011. La Coupe du Monde en Allemagne a donné un coup de boost très important à ce mouvement qui me parait aujourd’hui inéluctable, en osmose avec la société. 

https://twitter.com/championsdudigi/status/1125705918564458496

Cela amène peut être aussi moins de comparaison football féminin/ football masculin et le grand public commence à considérer que c’est tout simplement du foot…

Chaque compétition a ses particularités et c’est clair que malgré tout le grand public connaît moins les équipes, connaît moins les joueuses mais trouve dans le foot féminin d’autres choses qu’ils ne trouvent pas dans le foot masculin. Moins de trucage, un esprit un peu plus simple. Je pense que ce sera un des enjeux du foot féminin, dans un deuxième temps, de ne pas tomber dans ce piège-là, de garder sa fraîcheur. 

Concernant la médiatisation, votre dispositif à Canal + et celui de TF1 vont avoir un impact sur l’économie du football féminin : plus les matchs vont être médiatisés, plus le grand public va s’y intéresser, plus cela va intéresser les marques, les sponsors…

Je travaille pour Canal +, mais il faut aussi reconnaître l’importance d’avoir TF1 dans le dispositif. TF1 sait évènementialiser un évènement. Dès lors que TF1 s’en empare cela devient un évènement à portée national qui va bien au-delà du public référencé au départ. TF1 va « battre » le grand public et nous, nous allons avoir à la fois des émissions pour les initier et à la fois des émissions pour le grand public comme le Canal Football Club en clair.

Bien sûr qu’il y a un enjeu. Le football féminin va prendre un coup de boost en France quoi qu’il arrive. Ce qui va se jouer c’est l’ampleur de ce coup de boost, si les Françaises vont loin, si elles racontent une histoire qui plaît aux gens, cela va être un raz de marrée. 

Dans votre équipe de consultants pendant cette Coupe du Monde on retrouve l’ancienne internationale Laure Boulleau. Très active sur les réseaux sociaux, elle fait aussi partie de la génération des Bleues qui ont eu le rôle d’ambassadrices du football féminin puisque ce sont les premières à avoir été médiatisées.  Est-ce important pour vous d’avoir dans votre équipe une ancienne joueuse ?

Oui bien sûr. Il faut toujours des incarnations. Ce qui va être important c’est de trouver des incarnations dans l’équipe actuelle qui joue. Laure est la tête de pont des consultantes. Elle a pour elle sa carrière en plus de sa compétence. Il faut qu’il y ait des gens comme ça qui viennent du foot féminin, qui viennent défendre la cause mais ce qui est plus intéressant encore c’est qu’il ne faut pas que des militantes.

Ce qu’il y a d’intéressant c’est qu’à CANAL +, la rédaction a suivi ce mouvement avec enthousiasme. Ce sont les journalistes qui travaillent sur le foot masculin qui sont passés aussi au foot féminin, qui font les deux, avec la même rigueur, le même enthousiasme. C’est plus intéressant que d’avoir uniquement des gens qui seraient au foot féminin et d’autres qui seraient au foot masculin. 

https://twitter.com/championsdudigi/status/1125707854256779264

Mon blog s’appelle « Champions du digital », comment définiriez-vous un champion ou une championne ? 

C’est quelqu’un qui fatalement a des performances, qui sait aussi rester grand dans la défaite et qui charrie des valeurs qui vont au-delà de la performance purement.

Merci à Hervé Mathoux d’avoir pris le temps de répondre à mes questions! Bonne Coupe du Monde aux équipes de Canal Plus !