Il y a quelques semaines j’ai eu l’occasion d’assister aux conférences organisées par Human 2 Sport sur la thématique : « Nouvelles expériences spectateurs : Sport & handicap » Je vous livre ici un compte rendu des débats très enrichissants auxquels j’ai assister sur cette thématique de la fan experience associée au handicap.

Des experts du milieu sportif et associatif, des professionnels du secteur audiovisuel et numérique, et des institutions étaient présents pour répondre à la question : quelles solutions innovantes pour que tous puissent vivre les grands évènements sportifs avec une expérience fan optimale ?

Les JO 2024, un moyen de faire évoluer les usages et construire une expérience spectateur optimisée pour tous

Les conférences débutaient par un mot d’introduction de Samantha Woods, en charge de la Marque Employeur et de l’innovation RH pour Orange : « La tech peut contribuer à un monde meilleur« . Qui dit fan expérience dit également grands évènements sportifs. Les JO 2024 ont tenu un grande place dans les échanges lors de cette conférence. « Nous sommes convaincus que la partie paralympique sera l’un des grands évènements de ces JO 2024 » soulignait Mauna Traikia, Conseillère territoriale en charge du développement numérique, Plaine Commune. Elle rappelait également les enjeux autour de l’accessibilité et du paralympisme rappelant que seulement 9 stations de métros parisiens sont accessibles ! Un discours sur les nouveaux usages qui s’articulait notamment autour de la problématique suivante : « Comment produire une nouvelle expérience pour les spectateurs et la rendre accessible à tous?« 

Pervenche Beurier, Directrice, Pôle Media Grand Paris insistait sur la nécessité de réfléchir en amont des Jeux Olympiques et Paralympiques aux problématiques de la fan expérience « Il n’est jamais trop tôt pour se préparer. Il est important de réfléchir dès maintenant à comment faire vivre l’expérience olympique à l’ensemble des citoyens. »

4 keynotes dédiées à l’expérience spectateur et au sport avec en ligne de mire les JO 2024

La première Keynote était animée par Marie-Amélie Le Fur, Athlète Paralympique et Présidente du Comité Paralympique et Sportif Français.

« On attend que les Jeux soient une grande et unique fête. On doit créer une continuité entre ces 2 Jeux malgré le fait qu’ils soient séparés par 2 semaines. 4accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques en France change la place de la personne en situation de handicap en France vis à vis de l’emploi et du bénévolat. Il est nécessaire d’avoir un programme de recrutement spécifique qui aura valeur d’exemple. Les gens nous disent qu’ils aiment le sport paralytique mais il y a encore de la crainte, de la peur, de la méconnaissance. Il y a un enjeu autour de la communication et de la stratégie digitale pour rassurer et donner les clefs de lecture à ce spectateur, pour qu’il ait envie d’acheter son billet. On attend aussi que le sport revienne dans le quotidien des personnes en situation de handicap. Il faut aussi une stratégie de billetterie adaptée pour rendre ces jeux accessibles aux téléspectateurs en situation de handicap. Il faut avoir à l’esprit aussi que les spectateurs en situation de handicap ne viennent pas forcément voir les Jeux Paralympiques et sont aussi intéressés par les Jeux Olympiques. Toutes les solutions qui s’adressent au spectateur qui viendra voir les Jeux doivent permettre de révolutionner la mobilité plus globalement dans la ville. Cette innovation ne s’arrête pas au stade et continue dans la ville et dans toutes les zones de célébration »

Sylvie Pascal-Lagarrigue, Vice-présidente de la Fédération Française de Handball et Présidente du Comité d’organisation EURO 2018 est également intervenue sur une keynote en partageant son expérience de la création de la pratique sportive du « hand ensemble » qui permet de jouer au handball en fauteuil avec des personnes valides ou non valides en fauteuil. Il y a des tournois et compétitions associés. En parallèle se déroule aussi le hand adapté qui permet aux personnes en situation de handicap mental de pratiquer ce sport. Elle évoque aussi la mise en place de l’audiodescription en partenariat avec la Fédération des Aveugles de France. Cela a permis a des personnes malvoyantes d’assister à la compétition. Un journaliste sportif et un organisateur transformaient ce qu’ils voyaient en mots pour décrire l’expérience sur le terrain et l’ambiance dans la salle.

Cyril Courtonne, co-fondateur d’Aurizone était le troisième intervenant sur une keynote. Son application smartphone de navigation en intérieur dédiée à l’accessibilité ouvre de nouvelles perspectives pour une ville encore plus connectée, inclusive, et humaine. Il a imaginé une sorte de GPS plus détaillé pour les personnes malvoyantes. L’émotion vécue lors d’une expérience au stade est partagée avec les spectateurs présents au stade et c’est comme cela qu’elle s’inscrit dans le cerveau. Il explique ainsi qu’il est plus heureux en assistant à un mauvais match de foot au stade qu’à un bon match de foot à la maison. Associant ainsi expérience et émotion.

Estelle Peyrard, Chef de projet, APF Lab Handicap et Nouvelles Technologies intervenait sur la 4ème keynote et expliquait que quand on innove et qu’on conçoit pour le handicap, on conçoit mieux pour tous hors le paradoxe est que l’innovation est peu inclusive et prend peu en compte les personnes en situation de handicap. La télécommande TV a ainsi été créée pour les personnes à mobilité réduite. Le sms était à l’origine destiné aux personnes malentendantes. Comme l’explique Estelle Peyrard, on est tous à un moment où un autre en situation de handicap dans un degré plus ou moins important : Il y a des moments où on n’y voit pas bien, des moments où on entend pas bien, des moments où on a du mal à se déplacer et il y a des moments où on est mis en difficulté par des objets du quotidien. On appelle cela le handicap situation. Quand on va innover pour le handicap, on va innover pour tout le monde.

Table ronde Sport et accessibilité


Ils étaient 6 à participer à cette table ronde pour réfléchir à l’avenir de l’expérience spectateur pour tous :

  • Ryadh Sallem, Champion paralympique, ambassadeur Paris 2024 et entrepreneur social 
  • Franck Humily, Directeur portefeuille autonomie, Orange 
  • Joris Delivré-Melhorn, Chef du projet paralympique et du Pôle de Référence Inclusif et Sportif Métropolitain (PRISME), Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis 
  • Aude Moulin Delalande, Cheffe de projet Sport/Paris 2024 chez APF France Handicap
  • Matthieu Despeyroux, Agent de développement, Comité Régional Île-de-France Handisport 
  • Modérateur : Stéphane Gaultier, Président délégué aux Nouveaux Usages du Pôle Media Grand Paris

Ryadh Sallem, Champion paralympique, ambassadeur Paris 2024 et entrepreneur social 

4 questions à Ryadh Sallem

Sur la conférence Human2Sport dédiée aux nouvelles expériences spectateurs et au handicap : « Ce temps d’échange permet de voir où en sont les gens dans leurs réflexions, voir quelles sont les nouvelles technologies et pouvoir donner son point de vue. Cette rencontre est importante pour écouter l’autre et se faire écouter. »

Sur la place que prend le digital dans la vie d’un sportif de haut niveau:
« Aujourd’hui on peut créer son propre média mais c’est à double tranchant. On n’est pas tous formés au digital. On a les outils qui permettent à petite échelle d’être son propre producteur de contenus. On le voit bien sur les réseaux sociaux, les gens se filment et transmettent des messages. Quand on est sportif de haut niveau il faut aussi communiquer car les partenaires financiers veulent de la visibilité. Cela amène une nouvelle contrainte. Avant c’était l’extérieur qui nous amenait de la visibilité. Maintenant il faut qu’on s’occupe de notre propre visibilité. »

Sur son expérience en tant que spectateur de spectacles sportifs :
« Il faudrait améliorer les transports en commun. C’est toujours très compliqué. Il y a la problématique de la fluidité. Ce que j’aime quand j’arrive dans un lieu en tant que spectateur c’est sentir quelque chose de positif. Quand je sens qu’il y a une vraie joie de vivre, que les transports sont fluides, qu’on se sent en sécurité, le spectacle est magnifique. On n’a pas à se préoccuper d’autre chose. »

A propos des Jeux Olympiques 2024 en France :
« Cela représente l’aboutissement d’un rêve qui va se concrétiser. C’est plusieurs années à avoir l’envie d’avoir les Jeux à la maison. Pouvoir partager ces Jeux avec nos proches. Souvent quand on part à une Coupe du Monde paralympique on a pas les moyens d’emmener nos familles, nos amis. Ils vont pourvoir vivre physiquement l’évènement sans passer par le filtre d’un écran. »

Stéphane Gaultier, Président délégué aux Nouveaux Usages du Pôle Media Grand Paris

3 questions à Stéphane Gaultier

Sur le rôle du digital dans le sport de demain :
« Avec Plaine commune et Orange il a été décidé de réfléchir sur ce que l’expérience du téléspectateur et du spectateur peut devenir avec ces écrans. Ces écrans permettent une accessibilité à des publics qui n’ont pas accès soit physiquement (accessibilité) soit pour des raisons de sens (non-voyants, malentendants…) ou pour des raisons de la vie (illettrisme). Le digital permet d’aller vers chacune de ces populations. Par rapport aux médias d’avant, les médias de masse où tout le monde avait la même image, le digital permet d’avoir une image accessible pour chaque téléspectateur.

Sur le cycle de l’expérience spectateur idéale:
« Elle devient individuelle. Chacun va vivre l’évènement à sa façon en fonction de son centre d’intérêt. Je vais faire un parallèle avec le Tour de France retransmis à la télévision. Vous avez 50% de courses et 50% de paysages. Il y a des personnes qui regardent le Tour de France essentiellement car c’est une superbe découverte culturelle de la France. Et vous avez les fans qui vont regarder la course en tant que compétition. Et puis vous avez les accords qui vont en même temps prendre leurs tablettes et regarder l’évolution des classements. Chacun va le vivre à sa manière. »

Sur l’expérience spectateur de demain qui lierait digital, sport et handicap :
« Le digital peut apporter un enrichissement sur le lieu du spectacle que l’on ne connait pas encore. Sur la Coupe de l’America on a amené la réalité augmentée qui permet de voir sur image le tracé du plan d’eau et on voit très bien sur l’écran qui est devant. Cela rend le spectacle plus vivant. Quand vous êtes sur le bord de l’eau, vous continuez à voir deux bateaux et ne pas comprendre ce qu’il se passe. »

Matthieu Despeyroux, Agent de développement, Comité Régional Île-de-France Handisport 

3 questions à Matthieu Despeyroux

Sur le lien qui s’articule entre digital, sensibilisation au handicap et sport…
« Il faut se concentrer sur les réseaux sociaux pour communiquer et développer le streaming.« 

Sur la façon dont le digital peut améliorer l’expérience spectateur des personnes en situation de handicap…
« Pour les personnes déficientes visuelles, l’audio-description est très. intéressante. L’U-Arena possède une application dédiée avec des statistiques , c’est une solution intéressante qui pourrait être développée dans le cas des personnes en situation de handicap.« 

Sur le sport de demain…
« L’avenir du sport est une expérience spectateur qui transmet les émotions par le sport et permet d’intégrer le digital. Il y a aussi l’expérience téléspectateur qui doit se développer pour inclure le sentiment d’être au coeur du match sans y être forcément. »

Je remercie toute l’équipe de Human2Sport pour l’invitation à ces conférences très enrichissantes et particulièrement intéressantes sur l’avenir du sport. Je vous invite à inventer la suite lors du 2e hackathon (23/24/25 octobre 2019). !