Vice championne Olympique de boxe aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, Sarah Ourahmoune se lance dans la création d’entreprise et le sport connecté avec Jungle Fights. Nous l’avons rencontrée en avril 2017 dans sa salle de boxe à Aubervilliers. La championne de boxe est ambassadrice du programme FDJ « Sport Pour Elles ». C’est à l’occasion d’une soirée de lancement de la première chaîne de crowdfunding  SponsoriseMe de projets dédiés au sport au féminin qu’elle a répondu à nos questions. Entretien. 

 

A vos débuts en 1996, la boxe en compétition était interdite aux femmes. Qu’est-ce qui vous a poussé à persévérer pour devenir professionnelle ?

 

Ce qui m’a permis de continuer ça a été une structure qui a bien voulu que je fasse de la boxe à une époque où les femmes n’étaient pas vraiment acceptées dans les salles de boxe anglaise. En boxe française on en voyait un peu plus. Et surtout cela a été la passion pour ce sport. Je suis réellement tombée amoureuse de cette discipline quand je l’ai découverte.

 

Que pensez-vous actuellement de la médiatisation du sport féminin en France ?

 

Il y a encore beaucoup à faire. Il y a une énorme différence entre les hommes et les femmes et d’ailleurs, on le dit souvent, le sport est le miroir grossissant ce notre société. On peut y voir toutes les inégalités en termes de communication, de médiatisation et de sponsoring.

 

Vous avez créé un blog sur votre parcours de sportive carnetdesportive.com. Qu’est-ce qui vous intéresse dans la gestion d’un blog ?

 

J’ai lancé ce blog dans un premier temps pour partager mon parcours de boxeuse car je n’avais que très peu de médiatisation et on me demandait souvent les résultats. Il fallait attendre que je revienne pour envoyer des photos donc j’ai commencé comme cela. Et puis j’aimais l’écriture. Cela a été le point de départ. Ensuite il y a eu des rencontres et beaucoup de partage. Aujourd’hui ce qui me motive c’est toujours cette passion pour l’écriture mais aussi le fait que cela m’amène à rencontrer des gens, à creuser des sujets et donc à m’ouvrir et à progresser.

 

Vous vous êtes lancée dans la création d’entreprise en créant des gants de boxe connectés avec Jungle Fights. Pouvez-vous nous en parler?

 

Les Jungle Fights sont des gants connectés avec des capteurs jumelés à une application. Il existe deux modes. Un mode entrainement et un mode boxe en ligne qui permet de boxer face à un adversaire qui peut être à l’autre bout du monde. Actuellement je suis sur une phase de prototypage. C’est beaucoup de travail mais je m’amuse beaucoup !

 

Avez-vous un conseil pour les jeunes sportifs professionnels ou amateurs qui souhaiteraient se lancer dans l’entrepreneuriat ?

 

Je pense que le point le plus important c’est l’accompagnement, comme ça l’est dans le sport. On ne peut pas réussir seul. La création d’entreprise c’est un peu la même chose, on se lance sans vraiment être préparé. Quand je monte sur un ring j’ai eu beaucoup de préparation. Je suis au top pour gagner. Quand je me suis lancé dans la création d’entreprise c’était un monde nouveau, une cour où on ne connait pas tous les codes et on a besoin d’être accompagné par une structure ou des mentors. Je crois que c’est vraiment nécessaire.